Crédit: Michael Slobodian

Présenté dans le cadre du Festival Transamériques (FTA), Le corps en question(s) se veut un hybride entre une exposition d’art contemporain traditionnelle et une performance, voire un spectacle, de danse à plusieurs participants, qui utilisent l’espace, et même les œuvres, comme terrain de jeu. Cette interactivité est d’ailleurs un des points les plus forts de cette initiative d’Isabelle Van Grimde, qui agit ici à titre de chorégraphe et de commissaire de l’exposition.

L’œuvre globale se veut une réflexion sur le corps ; sa chair et ses mouvements, mais aussi son évolution dans l’histoire, dans le temps, dans l’âge, dans l’espace qu’on lui donne. Coté arts visuels, les médiums sont fort diversifiés; installations, projections vidéo, peintures, sculptures, courts films d’animation et j’en passe. Comme il est coutume dans ce genre de rétrospective, les résultats sont inégaux, certains dérivant dans le stéréotypes de ce qui a déjà été présenté maintes fois dans d’autres expositions à thème similaire. Cependant, la pièce de résistance de ce volet est sans contredit l’installation Dreamcatcher de Marilène Olivier, qui, à mon avis, valait à elle seule le déplacement. Cette œuvre composée d’innombrables mini capteurs de rêve, positionnés dans le but de former un corps humain (et rappelant vaguement par la même occasion les animaux sectionnées de Damian Hirst) est lumineuse, inventive et porteuse de réflexions. Je voudrais aussi mentionner les essais fort pertinents du Dr. Cristian Berco et du Dr. Dawna Gilchrist, qui traitent de la singularité de l’humain face au reste de l’évolution et de la perception face à l’habillement du corps.

L’aspect performance, quand à lui, est rendu par cinq danseurs (quatre femmes et un homme) portant des costumes de couleur chair, poudrés de craie ou de terre. Il se frôlent, ils bougent, ils figent, ils ragent, ils communiquent, ils nous rappellent par moment Adam et Ève ou des hommes de cro-magnon. Un des aspects les plus fascinants est d’ailleurs la mise en scène de certains danseurs plus âgés, ce qui amène une autre perspective du corps en mouvement. Tous les éléments combinés donnent un ensemble qui ne sort pas bien loin des sentiers battus, mais qui, somme toute, offre de superbes moments et plusieurs pensées intéressantes.

- Marie-Paul Ayotte (Emmpii)

 LE CORPS EN QUESTION(S)

Jusqu’au 1er juin à la galerie de l’UQAM à partir de 18h30 (entrée à toutes les 30 minutes.)

Un spectacle de : Isabelle Van Grimde 

COMMISSAIRE D’EXPOSITION ET CHORÉGRAPHIE : Isabelle Van Grimde


ASSISTANTE À LA CHORÉGRAPHE: Soula Trougakos
I

NTERPRÉTATION: Marie Brassard + Sophie Breton + Robin Poitras + Soula Trougakos + Brian Webb


ARTISTES VISUELS ET MÉDIATIQUES: Derek Besant + Brennan/Caulfield/Mills + Kate Craig + Nadia Myre + Marilène Oliver
DESIGN INTERACTIF Brendan Oliver + Monique Régimbald-Zeiber 


MUSIQUE: Thom Gossage


ARCHITECTURE ET SCÉNOGRAPHIE: Anick La Bissonnière

EN COLLABORATION AVEC: Éric O. Lacroix


LUMIÈRES: Lucie Bazzo


VIDÉO: Foumalade


ESSAIS: D rCristian Berco + Dr Dawna Gilchrist

Partage cet article! :