Crédit: David Smoller

« L’artiste doit être un guerrier. Il doit conquérir de nouveaux territoires ainsi que ses propres faiblesses », clame Marina Abramovic dans le documentaire En présence de l’artiste, consacré à son œuvre. Et on pouvait sentir sa force à distance, assis à La Place de la Paix, devant un écran extérieur géant.

Même si l’artiste-performeuse n’était présente que dans le titre du documentaire, ses adeptes ont eu la chance de la suivre jusqu’au MOMA (Museum of Modern Art) à New York. Et ce, dans un parc montréalais le 5 juillet dernier, de la bière dissimulée dans un sac brun, confortablement installés (ou pas!), grâce à l’événement gratuit Cinéma sous les étoiles (en collaboration avec la SAT et les RIDM).

De la « folie » à la gloire

Après des années « à être prise pour une folle qui devrait aller à l’asile » et à devoir justifier sa démarche artistique, Marina Abramovic a enfin goûté à la reconnaissance en étant invitée durant trois mois au MOMA (du 14 mars au 31 mai 2010) pour une rétrospective de son œuvre. C’est ce qu’elle a partagé dans le documentaire fort intéressant réalisé par Matthew Akers. Le chemin a été long (près de 40 ans), mais a abouti sur la renommée : l’artiste d’origine serbe est désormais considérée comme la « mère de la performance ».

Sa popularité est telle que des gens ont campé devant le MOMA pour assister à sa performance. Ils ne voulaient pas manquer la chance d’être en tête-à-tête avec l’artiste pendant quelques minutes, les yeux dans les yeux. Même si Marina Abramović a passé trois mois, durant six jours par semaine, sept heures et demie par jour, à être complètement immobile sur une chaise, plusieurs n’ont pu la voir. Semble-t-il que seulement (!) 75 000 personnes ont été en mesure de participer à la performance – les chanceuses!

«Quand on performe pendant trois mois, ça devient la vie », a commenté l’artiste. Elle est parvenue à transcender sa douleur et son inconfort pour parvenir à son objectif malgré ses 64 ans. Il faut dire que Marina Abramović a l’habitude de mettre son corps à dure épreuve puisqu’elle pratique souvent l’art corporel extrême. On se souvient en particulier de Rythm 10 (The Star), où elle gravait au rasoir une étoile de David sur son ventre avant de se fouetter le dos.

Près des yeux, près du cœur

Ceux qui ont assisté au documentaire en ont également appris davantage sur la relation entre Marina Abramovic et l’artiste Ulay. Ces deux performeurs ont passé 12 ans à vivre et à travailler ensemble. Ils ont même vécu cinq ans dans une fourgonnette pour se dédier complètement à la performance – peu payante à l’époque. C’est en 1988 qu’ils ont fait leur dernière œuvre ensemble (La grande promenade de mur) : partant chacun d’un côté de la Muraille de Chine, ils se sont retrouvés au bout de 2000 kilomètres afin de se dire adieu.

Les deux artistes se sont revus pour la première fois depuis leur rupture dans le cadre de l’exposition au MOMA. On a donc pu assister à un grand moment d’émotion : Ulay s’est assis devant son ex-conjointe durant sa performance, et ils ont pleuré en se tenant les mains devant le public et la caméra. Si la scène peut sembler trop sentimentale lorsque décrite, force est d’admettre qu’elle était très touchante sur écran. Plusieurs spectateurs ont d’ailleurs délaissé leur bière pour un Kleenex à ce moment-là.

La présence de Marina Abramovic, intense et charismatique, en a troublé plus d’un lors de sa performance au MOMA. En effet, personne n’est resté indifférent au tête-à-tête avec elle. « Marina donne le même respect et la même attention à tous. Elle permet aux gens de vivre une expérience unique», a souligné le commissaire de l’événement. Même si elle se trouvait bien loin de la Place de la Paix, on sentait l’artiste bien présente, comme si son regard transperçait l’écran. On en avait des larmes et/ou des étoiles plein les yeux.

Le documentaire Marina Abramovic: En présence de l’artiste est présenté à l’Excentris jusqu’au 12 juillet.

- Edith Paré-Roy

Bande-annonce du documentaire:

Une performance célèbre du couple Abramovic/Ulay:

Partage cet article! :